Chroniques de la Soča

Apparemment cet été, si vous étiez blogueur voyage en van, il FALLAIT aller en Slovénie ! Alors on n’a pas fait exception à la règle et hop, laissé Udine derrière nous pour découvrir ce superbe pays. On y a passé une semaine en suivant le cours de la rivière Soča le long de la frontière italienne.

 

P1170200

 

C’est une vallée magnifique, tout simplement. Une vallée dont Tolkien (tiens, un autre écrivain qui a combattu pendant la Première Guerre, héhé) aurait pu s’inspirer pour imaginer aussi bien la Comté que le Mordor. La Comté : des villages propres et fleuris avec amour par leurs habitants, des collines verdoyantes, de l’eau riante (et une cuisine aussi roborative que j’imagine celle des Hobbits). Le Mordor : ces à-pics de pierre qui enserrent le paysage, ces parois d’altitude toutes verticales et arides qui s’assombrissent quand le soir tombe et tous les fantômes des combattants de plein d’époques. Brrr…

On a adoré cet endroit, alors voici quelques chroniques de la Soča, des moments anodins au rythme de cette belle rivière turquoise (ou émeraude, ou opale, bref avec des couleurs qui claquent).

P1170230

 

« La rivière était basse et il y avait des bancs de sable et de galets entre lesquels coulait un simple filet d’eau. Parfois l’eau s’étalait en nappe lumineuse sur un lit de cailloux. Tout contre la rive, je voyais des trous profonds où l’eau était bleue comme le ciel. »

Ernest Hemingway, L’Adieu aux armes

 

A l’eau !

Chaque jour on a trouvé un endroit au bord de la Soča pour camper, se baigner, lire, rêver, manger, boire. Alors qu’il faisait plus de 30 degrés l’après-midi, la rivière nous a offert sa fraicheur, ses petites plages de galets qui restent calmes en plein été, une eau translucide, des bars et restos de plage sans chichis, des campings rustiques, bref tout ce qu’on aime et qui a fait de cette partie du voyage de vraies vacances. Même si, oui Ruby, on sait, l’eau c’est très dangereux.

P1170262

 P1170185

P1170188

 

Des ruines et des cascades

Non loin de Kobarid, on a remonté un sentier vers une cascade à travers une forêt où on était bien contentes de trouver de l’ombre. Il y avait un peu de monde sur le sentier, normal, la cascade était vraiment superbe, au creux d’une jolie gorge. Mais ce qui m’a frappé c’est que sur le chemin on longeait ici et là des ruines Première Guerre (abris creusés dans la roche, restes de tranchées et postes d’observation) qui n’étaient presque pas signalées. On était vraiment, en fait, sur des champs de bataille.

P1170206

 

P1170212

Les historiens connaissent la Soča sous le nom d’Isonzo, son nom italien et surtout le nom de douze terribles batailles qui se sont déroulées ici entre 1915 et 1917. Pour faire simple, tous les trois mois, des chefs ordonnaient aux hommes postés là d’attaquer l’ennemi de l’autre côté de la montagne. Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, et ce n’est pas qu’une expression. Les mecs ont passé des mois entiers dans des tranchées dans la neige. Mais quelle importance ? Les soldats italiens n’étaient que des soldats du sud du pays, certains rattachés à l’Italie depuis moins de 50 ans. Côté austro-hongrois, on avait envoyé des paysans des Balkans. Le front a stagné trois ans puis les Autrichiens ont appelé les Allemands à la rescousse et gagné à Caporetto (aujourd’hui Kobarid) en 1917.

Joyeux anniversaire !

 Hélène est née le 29 juillet, une date bien pratique si on aime passer son anniversaire au camping (un peu moins si on a envie de faire un goûter d’anniversaire avec tous ses copains). On était près de Kobarid à Kamp Koren, un grand camping au-dessus des gorges de la Soča avec tous les ingrédients pour une journée parfaite : des douches (c’est fête, on a dit), une buvette avec la meilleure vue possible sur la rivière et une vitrine avec des objets Première Guerre retrouvés sur place. Le bonheur quoi !

J’ai demandé à Hélène ce qu’elle voulait faire le soir, si elle voulait qu’on trouve un bon resto à Kobarid, un bar branché, une boite de nuit hype (tout à fait notre style). Mais elle préférait la buvette du camping alors on a fêté son anniversaire là, au-dessus de la rivière, avec des chopes de bière slovène et le menu unique à 8 € pas du tout végétarien. Le bonheur, en fait.

La plus belle nuit

 

C’est dans cette vallée qu’on a trouvé le plus beau spot où on ait jamais dormi avec le van. Cette fois on n’avait pas envie d’aller au camping (on avait pris notre douche de la semaine). On aurait bien dormi sur un joli parking tout au bord de la rivière, mais aux environs de Kobarid ils sont tous interdits de 23h à 8h. Tant pis… On roule, on décide d’y aller au feeling. A quelques kilomètres, on aperçoit deux églises sur des promontoires. L’une d’elles est indiquée, alors on tente. La route devient de plus en plus étroite entre les champs, puis monte raide sur les derniers mètres.

On arrive en-dessous de l’église. Panorama à 360 degrés sur la vallée de la Soča et les montagnes. La claque. On est là toutes petites au cœur d’un paysage alpin, chaud et vibrant, gorgé de fleurs des champs et d’insectes, de feuillages traversés par le soleil de juillet, ça nous prend aux tripes. (Ruby, elle s’étale sur le bitume tiède).

P1170238

 

L’église est entourée d’un cimetière où les habitants passent en fin de journée (c’est dimanche) visiter leurs morts. Ils laissent derrière eux des veilleuses rouges qui restent allumées en permanence. Autour du cimetière, des pâturages avec des moutons. La deuxième église est juste au-dessus de nous, on entend des cris de joie et de fête qui se répercutent dans la vallée.

Ça devient franchement impressionnant le soir : les veilleuses allumées sur les tombes, la vallée qui devient grise, des cloches qui sonnent et au loin sur les montagnes une barre de nuages noirs traversés d’éclair… le Mordor ! On se sent comme deux petites Hobbits traquées par l’œil de Sauron. Ça prendra un peu de temps pour s’endormir…

 

0005_4A

 

« Quand je plongeais mes regards à travers les bois, j’apercevais, tout à fait en bas, étincelante de soleil, la rivière qui séparait les deux armées. Au nord, je vis les deux chaînes de montagnes. Elles étaient d’un vert sombre jusqu’à la limite des neiges, et d’une adorable blancheur sur les sommets ensoleillés. Puis j’apercevais une troisième chaîne de montagnes, une chaîne neigeuse plus haute que les autres. Elle était blanche comme de la craie, avec d’étranges surfaces planes et, derrière ces montagnes, il y en avait d’autres, si loin qu’on n’était pas bien sûr de les voir réellement. C’étaient des montagnes autrichiennes. »

Ernest Hemingway, L’Adieu aux armes

 

6 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Lili dit :

    La Slovénie, the place to be ! Et cet anniversaire au camping devait être un moment charmant ! Des bises les filles !

    J'aime

    1. Paule-Elise dit :

      Merci Lili ! Tu connais peut-être, toi qui aimes les pays dits « de l’est » ? En tout cas c’est vraiment super et j’imagine que c’est une bonne destination avec les enfants aussi. Des bises !

      J'aime

  2. jolieslueurs dit :

    Coucou ! Très bel article, nous envisageons justement d’aller en Slovénie cet été ! Belles photos en tout cas ! Je vois que vous êtes partis avec un chien, du coup plutôt « dog friendly », La Slovénie ? Ou pas ?

    J'aime

    1. Paule-Elise dit :

      Merci ! Oui la Slovénie est très dog friendly. Ruby nous a suivies partout et on a été toujours bien accueillies, au resto ou au camping. Et puis comme c’est vraiment une destination de plein air, c’est parfait pour voyager avec son fidèle compagnon. On recommande vraiment cette destination, et pas que pour les chiens 😉

      Aimé par 1 personne

  3. Anne dit :

    C’est vraiment superbe!

    Aimé par 1 personne

    1. Paule-Elise dit :

      Merci ! Oui, on recommande 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s