Les grands espaces #1 : tout en vert

Salut tout le monde,

Comment ça va ? Notre vie à tous a pris un drôle de tournant depuis quelques jours, hein. Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis groggy. Le dimanche 8 mars, nous étions 60 000 personnes dans les rues de Paris pour la manif pour les droits des femmes, et une semaine après il fallait se cloitrer chez soi pour une durée indéterminée.

Je fais sans doute partie des personnes qui passent le plus de temps chez elles en règle générale, car je suis en télétravail au moins la moitié du temps. J’ai l’habitude d’être à la maison, mais ça n’empêche que la situation actuelle est super angoissante. En plus, nous avions déjà vécu 5 semaines de quasi confinement de facto pendant les grèves de décembre quand notre ligne de métro était à l’arrêt. Bref, on avait déjà pris un peu d’avance.

Que publier, qu’écrire dans de telles circonstances ? Au début, je me suis dit que c’était une bonne occasion d’avancer sur les posts de blog qu’on avait prévus. Mais ça me fait bizarre d’écrire comme si de rien n’était. Et franchement, personne n’aura envie de lire un article sur le ghetto de Varsovie en ce moment. J’écris pour moi un genre de journal, ça m’aide à prendre un peu de distance avec ce qu’il se passe, mais je n’ai pas envie de le partager, car j’ai décidé de ne pas publier sur le blog ou les réseaux sociaux de propos qui pourraient ajouter à l’angoisse ambiante. Rien d’anxiogène et rien de virulent.

Et puis j’ai eu une envie forte, une réminiscence puissante. J’ai commencé à penser en vert et en bleu. (Ohla, vous vous dites, on l’a déjà perdue ! Je promets que je ne fume rien et que je bois très peu en ce moment). Je me suis souvenue des grands espaces et ça m’a fait du bien. Et c’est ça que j’ai envie de partager avec vous dans les prochaines semaines.

Alors aujourd’hui, on commence avec une sélection des endroits où j’ai vu les plus belles teintes de vert. Au Japon, au Québec et dans le Doubs. Venez. Ça sera tout doux, c’est promis.

Kyoto, Japon

C’est le vert le plus éclatant, celui qui tranche le plus avec la grisaille: le vert lumineux et humide du Temple des mousses (Kokedera).

P1140105
[Les photos ne sont pas retouchées, c’est vraiment vert comme ça !]

Kokedera est un endroit très spécial, car il faut réserver sa venue longtemps en avance. Nous avions donc demandé à l’auberge de jeunesse de remplir le formulaire pour nous. Lorsque nous sommes arrivées à Kyoto, une carte écrite tout en japonais nous attendait à la réception avec une date et une heure pour la visite. Le nombre de visiteurs est plafonné à 100 par jour en raison de la fragilité du jardin.

 

C’était tout une aventure pour y aller ! On a pris un premier bus jusqu’à Arashiyama, un superbe coin de campagne en lisière de Kyoto. Je ne sais pas comment on a réussi à trouver le deuxième bus pour aller jusqu’à Kokedera, les chauffeurs de bus n’étaient pas vraiment coopératifs et j’ai bien cru qu’on n’y arriverait pas ! Mais finalement, nous étions presque à l’heure et nous avons pu entrer dans cet écrin magique.

IMG_2874

La visite commence dans le temple, où nous enlevons nos chaussures et enfilons des chaussons en cuir. Nous nous faufilons ensuite entre les gens qui sont déjà installés pour la cérémonie. Nous voilà à genoux parmi une centaine de visiteurs, qui sont principalement japonais.  A défaut de répéter les mantras, je réfléchis à ce que je peux écrire sur la petite planchette de bois qui est devant moi. On écrit un vœu et ensuite on brûle la planchette. J’ai aimé ce rituel simple. Même si on ne comprend pas la langue, on peut comprendre l’esprit et l’atmosphère des lieux.

P1140102

Après la cérémonie, nous pouvons enfin découvrir le jardin. C’est l’un des premiers jardins de méditation zen et un lieu de culte depuis le 8è siècle. Au 19è siècle, la nature reprend ses droits et les moines, au lieu de chasser la mousse, décident de l’entretenir. Un sentier fait le tour de l’étang en forme de cœur, dans une quiétude exceptionnelle. La texture de la mousse nous isole du monde et nous n’avons jamais envie de partir.

P1140170
Le vert à Kyoto, c’est aussi la couleur du thé matcha bu dans le jardin du Pavillon d’Or.

Baie-Sainte-Marguerite, Québec

En août 2014, Hélène a eu l’opportunité d’aller à Québec pour le travail. Une telle occasion ne se présente pas tous les jours ! J’ai pu la rejoindre et nous avons passé trois semaines merveilleuses là-bas.

P1140863

Qui dit Québec, dit grands espaces, évidemment. Grands espaces, longues distances, qui font que nous avons préféré voir moins de choses et profiter mieux de chaque endroit. Comme de nombreux touristes, nous avons remonté le Saint-Laurent depuis Québec vers le fjord du Saguenay et la région de Tadoussac.

Mon endroit préféré a certainement été Baie-Sainte-Marguerite, sur la rive nord du Saguenay. Au Québec, on peut pratiquer le glamping, c’est-à-dire le camping version confort (je n’irai pas jusqu’à dire que c’est réellement glamour non plus). Lors de nos différentes étapes, nous avons testé plusieurs formules : la cabane en dur, la caravane, et la tente. C’est à Baie-Sainte-Marguerite que nous avons testé la caravane et j’ai adoré ça ! Ces quelques jours m’ont d’ailleurs bien motivée pour qu’on achète un van l’année suivante…

P1140813

J’ai aimé être si près d’une nature si belle. J’étais contente juste de rester sur notre emplacement et de lire au pied des arbres en regardant les écureuils faire leurs provisions pour l’hiver et en laissant les oiseaux s’approcher. Bien sûr, nous avons fait quelques balades autour de la baie et de la rivière. Le vert des mousses, des fougères, des arbres, tombe à pic dans le bleu. Les dimensions sont très différentes de ce que nous connaissons en Europe. Tout semble immense.

P1140862

Avec un peu de chance, on peut voir des bélugas. Nous n’en avons pas vu à Baie-Sainte-Marguerite, mais nous avons vu plusieurs types de rorquals quelques jours plus tard aux Bergeronnes. Certains venaient tout près de la berge. C’est une rencontre qu’on n’oublie jamais ! Quant à LA baleine, nous l’avons vue de loin lors d’une sortie en canoë sur le Saint-Laurent. Nous ne voulions pas les approcher de trop près en bateau à moteur, mais même de loin, le moment où vous voyez la queue qui sort de l’eau avant que la baleine plonge est vraiment magique.

P1140860

Le Doubs, France

L’été dernier, nous avons fait notre roadtip estival en van dans un coin sauvage et verdoyant, le Doubs. On fera un article plus spécifique sur ce voyage, mais j’ai trouvé que le Doubs avait des airs de petit Québec et les nuances de vert y sont extraordinaires.

P1020512

Le temps y est changeant et humide, ce qui garantit une abondance de couleurs et de lumières au fil de la journée. Autour de Pontarlier et du lac de Saint-Point, nous avons trouvé de belles balades de moyenne montagne et des spots pour dormir seules au monde, en plein mois d’août.

P1020597

Outre le vert des arbres, il y a le vert des vignes d’Arbois, qui donnent le fameux vin jaune, le vert des tourbières de Frasnes, le vert des sources et des rivières ou encore le vert des prairies où paissent les belles vaches laitières à qui nous devons le comté.

Même sans aller aussi loin que le Japon ou le Québec, on peut retrouver cette sensation d’espace qui nous fait tant de bien, à nous les citadins. Ces derniers jours, j’ai été étonnée par la persistance de ces souvenirs, par la façon dont ils se sont frayé un chemin pour resurgir maintenant.

P1020432

Alors que c’est un peu les montagnes russes dans ma tête, les sensations de ces journées d’été sont vivaces et m’apaisent. J’espère que ce shoot de vert vous apaisera aussi. C’est cela, la magie du voyage. Des instants à chérir, des capsules d’espoir à ouvrir dans les temps difficiles. Sans modération.

P1020520

Et vous, qu’est-ce qui vous remonte le moral en ce moment ? Où avez-vous vu les plus belles teintes de vert ? Laissez-nous un petit commentaire, ça nous fera particulièrement plaisir en ce moment.

Et pour plus de verdure sur le blog, rendez-vous en Slovénie, dans les Vosges ou dans la Meuse !


15 réflexions sur “Les grands espaces #1 : tout en vert

  1. Très bel article ! Au Japon, j’ai aussi été frappée par le vert des rizières, c’est un vert bien particulier

    J'aime

    1. Merci beaucoup ! Les rizières c’est magnifique en effet. On n’en a pas beaucoup vu au Japon car on est restées principalement en ville, mais j’en ai vu au Vietnam ou en Indonésie, avec le soleil qui miroite à la surface… de beaux souvenirs aussi !

      J'aime

  2. Mais c’est trop chouette comme idée, j’adore ! Si jamais je te pique l’idée, je remettrai à César ce qui est à César 😉 Merci pour cette super jolie évasion bucolique ! je me suis régalée à te lire. Prends soin de toi ❤

    J'aime

    1. N’hésite pas ! Je suis sûre que tes photos pourront nous remonter le moral ! Je vais continuer avec d’autres couleurs ces prochaines semaines. Prends soin de toi aussi 😘

      J'aime

  3. C’est une super idée!! Moi aussi, j’hésite beaucoup à rédiger des billets voyage, mais voilà une belle idée pour nous donner le moral et nous faire rêver à de futures destinations.
    Ce vert au Japon est carrément surréaliste.
    Baie sainte-Marguerite,je ne connais pas ,mais je connais Baie-Sainte-Catherine 🙂 Et c’est aussi aux Bergeronnes que nous avions pu observer des baleines de la rive.
    Le Doubs, j’ai connu il y a pas mal d’années. C’était lors d’un hiver sans neige. Je n’ai pas eu le coup de foudre pour cette région, peut-être faudrait-il que je la découvre en été plutôt.
    Prenez soin de vous.

    J'aime

    1. Merci Sophie ! Ah les Bergeronnes, c’est vraiment incroyable. Quant au Doubs, il mérite assurément une deuxième chance. On en parlera plus sur le blog bientôt, quand tout sera revenu à la normale. D’ici là, prends soin de toi aussi 😘

      J'aime

  4. Le jardin avec les mousses est magnifique, quelle belle idée ! 🙂
    Les endroits qui me reviennent le plus niveau vert est l’Auvergne faite l’été dernier, et pour les plus vieux souvenirs, la Savoie, bien verte, bien arrosée ! 😀

    J'aime

  5. Ohlalala cette mousse ! Tu sais que je rêve d’aller au Kokedera, la prochaine fois que je vais au Japon, je m’organiserai mieux. J’imagine l’ambiance comme parfaitement feutrée, avec la mousse pour isolant contre le monde extérieur.
    Je retrouve bien les couleurs du Québec, exactement celles dont je m’émerveille été après été. Le lichen blanc que tu as photographié est du lichen à orignal (je crois), avez-vous ces grands bestiaux ?

    J'aime

    1. Je te souhaite vraiment de voir Kokedera un jour, c’est une expérience très spéciale, comme un cocon de verdure.
      Je ne savais pas pour le lichen (je suis nulle en plantes) et nous n’avons pas vu d’orignal 😢 Une prochaine fois peut-être !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s