Saveurs de Flandre

Nous n’en parlons pas beaucoup ici ou sur les réseaux sociaux, mais nous avons une vraie passion pour la bouffe. Nous sommes le genre de personnes qui regardent absolument tous les documentaires de bouffe possibles et inimaginables, même la série de Netflix sur les tacos (il y a deux saisons).

Vous ne serez pas surpris si je vous dis que nous sommes plus streetfood que guide Michelin, d’ailleurs le vendredi soir vous nous trouverez sûrement en train de dévorer des takoyaki (beignets de poulpe japonais) avec une Kirin glacée vers Opéra ou du riz noir sauté et des tripes au piment dans un resto chinois de Belleville.

La nourriture est un excellent moyen de voyager (et moins cher qu’un billet d’avion). En voyage, c’est évident l’un de nos grands plaisirs, y compris en France ! C’est ce qui fait que, même si nous mangeons végétarien à 90 % à la maison, ce score s’affaisse misérablement dès que nous nous déplaçons, car nous avons toujours envie de goûter TOUTES les spécialités locales.

Comme vous le savez sûrement, nous aimons beaucoup les Hauts-de-France, nous les aimons de plus en plus et nous y passons une bonne partie de nos week-ends ou de nos vacances. Pourtant, nous avons un avis quelque peu divergent sur les spécialités des Hauts-de-France ! Hélène pourrait manger du potjevleesch (terrine de viandes en gelée) au petit-déjeuner alors que les légumes me manquent cruellement dès le deuxième jour. D’un autre côté, j’avoue qu’il n’y a rien de plus convivial que de partager un saladier de frites entre potes… Peut-être même qu’il n’y a rien de plus romantique que de passer sa soirée de la Saint-Valentin à la friterie de la plage de Malo-les-Bains à Dunkerque (check). Et j’aime la fricadelle au premier degré.

Nous avons eu de belles aventures gustatives dans les Hauts-de-France et pour le thème « Gourmandises de nos régions » du RV #EnFranceAussi, nous partageons donc une adresse géniale en Flandre et quelques spécialités flamandes !

La Flandre, c’est le nord du département du Nord, un genre de super-nord. Il y a une entité culturelle avec la Flandre belge évidemment, que nous avions visitée en roadtrip en septembre 2018 et beaucoup aimée également. Nous avons découvert la partie française en février 2020, pendant quelques jours de vacances après l’ouverture de notre exposition. Oui, le Nord en février, et alors ?

Le rendez-vous #EnFranceAussi a été créé par Sylvie du Coin des voyageurs. Le thème du mois a été choisi par Sophie de Escapades amoureuses.

Chez Florent Ladeyn à l’Auberge du Vert-Mont

J’ai dit qu’on regardait beaucoup d’émissions de bouffe. C’est d’ailleurs comme ça que nous avons découvert Florent Ladeyn, jeune chef télégénique passé par Top Chef et fier de sa Flandre natale.

En fait, si l’on parle de « Gourmandises de nos régions », on ne peut pas mieux tomber. En effet, Ladeyn est un locavore convaincu et le concept de ses trois restaurants est justement de ne proposer que des produits locaux.

Vous me direz, tout le monde a une barbe et des tatouages et préfère manger local de nos jours. Certes, mais le monsieur pousse la démarche à son comble, si bien que vous ne trouverez ni poivre, ni huile d’olive ni café dans votre assiette (ou dans votre tasse). Le parti-pris est radical et stimule forcément la créativité. Cela veut dire que si vous y allez, comme nous, en février, il n’y aura pas beaucoup de légumes. Mais de toute façon, vous aviez déjà fait une croix dessus, hein.

Ladeyn a deux restaurants à Lille et un troisième à Boeschepe, tout près de la frontière belge. C’est dans celui-ci que nous sommes allées, l’Auberge du Vert-Mont. Ladeyn a transformé l’auberge de sa famille en un resto branché (et même étoilé de 2014 à 2019) qui n’a rien perdu de son authenticité. La déco de bois brut est chaleureuse, autour d’une belle cheminée et avec vue sur la campagne flamande environnante. Les moindres détails sont travaillés, de la superbe croûte du pain aux tenues du staff (des tenues unisexe en lin super stylées).

A l’Auberge du Vert-Mont, vous pouvez vous faire plaisir à prix doux le midi avec un menu à 25 euros (entrée-plat-dessert). Vous ne choisissez pas ce que vous mangez, c’est la surprise du chef ! Nous nous sommes évidemment régalées. Mention spéciale pour le donut au cheddar en amuse-bouche, les bières brassées maison, les saveurs très terriennes des plats ou encore la chicorée en filtre servie à la place du café. Des graines torréfiées croustillent sous la dent pour accompagner l’œuf parfait, l’agneau fond dans la bouche, des pommes de terre soufflées ornent le millefeuille en dessert. Les yeux se régalent autant que les papilles.

L’expression de « mélange entre tradition et modernité » est souvent galvaudée, mais elle va particulièrement bien à cet endroit : de la cuisine pointue dans un ancien corps de ferme en briques, de la vaisselle vintage un peu comme chez mamie et des associations audacieuses dans l’assiette, une ambiance détendue et sobre à la fois.

Nous n’avons pas beaucoup l’habitude de fréquenter des restos un peu haut de gamme, mais ça nous a beaucoup plu ! On a passé un très bon moment et on vous le recommande vraiment.

Shopping gourmand à Cassel

Après ce délicieux déjeuner, nous avons fait un tour à Cassel, qui est tout près de Boeschepe. Que de sommets ! Après le Vert-Mont, qui est plutôt une verte-butte, nous voici à 176 mètres d’altitude ! Malheureusement, il pleut et nous sommes toujours en février, ce qui fait que nous n’aurons pas beaucoup profité de cette jolie ville du Nord.

Nous avons fait un tour au musée de Flandre, qui est très sympa bien que petit, et une virée aux Caves de Cassel, une épicerie locale située juste en face. En vraies gourmandes que nous sommes, nous essayons toujours de ramener quelques spécialités locales de nos voyages ou escapades.

Et c’était plutôt amusant de se retrouver là à Cassel, devant un beau rayon de bières locales, et de trouver des bières à nos noms ! Côté Hélène, il y a la bière du Reuze (le nom de famille d’Hélène est Reuzé). Après discussion avec les commerçants, nous avons appris que le Reuze signifie le géant en flamand (de quoi conforter l’ego d’Hélène). C’est lui qu’on sort au moment du Carnaval !

De mon côté, il y a la bière Motte-Cordonnier (le nom de jeune fille de ma mère est Motte). Je me suis aperçue il y a quelques années que j’avais des origines du Nord, de Roubaix très précisément ! Il est donc probable que ces brasseurs soient de lointains cousins (ce qui ne serait pas très étonnant, quand on y pense).

Tout ça pour dire qu’on a acheté des bières locales. Et aussi des gaufres fines, des spéculoos et du miel des monts de Flandre (les sommets, on a dit). De quoi prolonger le voyage en rentrant à la maison. Miam.

Tout cela ne vous dit pas grand-chose sur Cassel, qui a quand même été élu village préféré des Français en 2018. Si vous voulez en savoir plus, allez donc lire cet article de notre amie blogueuse Chacha !

Chicon mignon

L’un des produits emblématiques des Hauts-de-France, c’est le chicon (le voilà, mon légume !!). C’est la même chose que l’endive, mais comme tout le monde déteste les endives, on va l’appeler chicon. Mal-aimé, maltraité dans les cantines avec cette mauvaise béchamel et cette horrible tranche de jambon industriel, le chicon fait fuir tout un chacun.

Mais comme nous aimons les défis (et les légumes), nous nous sommes lancées cet automne dans un défi « Aime ton chicon » (ton chicon t’aimera). Et nous sommes plutôt fières d’avoir trouvé THE ingrédient qui sublime le chicon : le parmesan. Ce n’est pas hyper local, on est d’accord, mais c’est hyper efficace. Voici donc en petit bonus deux recettes super simples et qui changent un peu si vous aussi, vous avez envie d’aimer le chicon.

Le chicon façon César de Paule-Elise

(Oui, on a donné des noms qui se la pètent à nos recettes)

Il te faut : des chicons, des croûtons, de la ciboulette, du parmesan, des graines de courge, de l’huile, du vinaigre, du poivre.

Bah c’est facile, tu coupes tes chicons (sur une planche à découper du food tour de Lens, par exemple), tu haches ta ciboulette, tu râpes ton parmesan, tu mets tout dans un joli plat parce que ça a toujours l’air meilleur dans un joli plat, et tu assaisonnes à ta guise.

J’ai utilisé du vinaigre de bière de la Brasserie Saint-Germain à Aix-Noulette près de Lens, pour rester dans le thème, mais fais avec ton vinaigre préféré. Tu m’en diras des nouvelles ! (Tu peux sûrement la faire en version complète avec du poulet ou du tofu bien croustillant, je n’ai pas encore essayé).

Le chicon en gratin d’automne d’Hélène

Il te faut : des chicons, de la courge Butternut, des poireaux, de la crème, du parmesan, du poivre.

Bah c’est facile, tu préchauffes d’abord ton four à 180°. Pendant ce temps, tu coupes tes chicons, ta courge et tes poireaux, tu mets dans un plat à gratin, tu arroses de crème et tu saupoudres de parmesan. Hop, au four pour 25 minutes (ou jusqu’à ce que la courge soit bien cuite).

Simple et délicieux pour accompagner une bonne polenta crémeuse, par exemple. N’hésite pas à customiser ton gratin avec des épices ou des herbes. J’ajouterais bien de la muscade et du persil la prochaine fois. Tu m’en diras des nouvelles !

Pour découvrir des gourmandises des quatre coins de l’Hexagone, suivez le hashtag #EnFranceAussi ce mois-ci sur les réseaux sociaux !

Et toi, tu aimes le chicon ?


22 réflexions sur “Saveurs de Flandre

  1. J’aime tout ce dont vous avez parlé dans cet article !! Bon, de toutes façons, j’aime tout au niveau bouffe!!
    Je garde précieusement vos recettes pour les chicons!
    Euh, ,je pourrais savoir où vous déguster des takoyaki près d’Opéra? Je vais au théâtre demain par là, et ça me donne envie de gouter ça!!!
    Merci pour votre participation.
    La bouffe c’est la vie ! 😀

    J'aime

    1. Merci Sophie ! Les takoyaki on allait dans un bar à l’angle des rues Thérèse et Sainte-Anne, mais je crois qu’il a fermé 😢 Sinon rue Saint Augustin on aime beaucoup Kintaro, c’est une valeur sûre avant ou après un spectacle ! Le café Aki est très bon aussi. Bon appétit !

      Aimé par 1 personne

      1. Merci, je note ! Hier, nous sommes allées dîner dans un resto Thai à côté du Louvre, d’ailleurs j’ai été étonné du nombre de restaurants asiatiques dans ce quartier!!

        J'aime

  2. L’endive est l’un des rares mets que je n’aime pas mais la recette d’Hélène, je vais l’essayer! Sinon, en voyage, j’adore choisir un plat sur le menu dont je ne comprends pas le nom ou dont je n’ai aucune idée de ce que c’est. Je sens que j’aimerais beaucoup le resto de ce chef dont on ne choisit pas le menu!

    P.S. Le nord en février, j’approuve! 😉

    J'aime

    1. Ha oui, Hélène est très aventureuse aussi avec les menus à l’étranger ! Elle s’est retrouvée un jour avec un genre de flan au durian en Indonésie, qu’elle s’est sentie obligée de finir pour ne pas vexer les gens 😂 Je te recommande son gratin, en tout cas !

      J'aime

  3. Super, on voyage à travers vos mots, quelle belle échappée!
    Tout ça fait saliver.
    De mon côté, j’aime bien les chicons fendus dans la longueur et braisés à la poêle ; on peut ajouter une pointe de miel pour que ça caramelise 😉
    Grosses bises

    J'aime

  4. ah les chicons, ça me rappelle mon enfance et aussi une partie de mes origines, les chicons en béchamel, les chicons en tarte … ça fait tellement longtemps que je n’utilise plus ce terme ! Et sinon, vous m’avez fait envie avec l’Auberge du Vert Mont, ça doit être génial

    J'aime

  5. J’ai enfin un peu de temps pour écrire mon commentaire 🙂
    J’ai lu avec passion votre article, et j’ai été très touchée d’être mentionné !<3 merci les filles !
    Les chicons et moi nous ne sommes pas (plus) amis après une overdose de chicons braisés lors de l'hiver 1990 (Merci belle maman)

    Vous vous doutez bien que cet article contribue à l'avancement de votre demande de naturalisation pour devenir citoyennes d'honneur des Hauts De France !

    Sinon une bonne carbonnade flamande avec des frites & la compote c'est pas mal non plus .

    Au plaisir d'aller dans un estaminet avec vous quand vous viendrez par chez moi (J'ai une bonne adresse sous le coude)

    J'aime

    1. Hahaha tu m’as fait rire avec ton overdose de chicons braisés ! Comme tout, le chicon c’est avec modération 😅

      Ah oui vivement qu’on aille se faire un bon estaminet par chez toi un de ces jours ! (Si seulement c’était plus facile d’organiser des choses en ce moment…)

      En tout cas, on a régulièrement besoin de notre dose de convivialité des Hauts de France !

      Aimé par 1 personne

  6. Ah oui, vous aimez manger ? Ça c’est étonnant, je ne l’avais jamais remarqué 😀 😀 😀 😀 ! Je sais que vous adorez beaucoup d’établissements (#lykornelourde ? Jamais), et je suis ravie d’en découvrir à travers ce billet ! Je peux me passer de légumes sans trop de soucis, mais par contre j’aime bien les chicons/endives, surtout avec du jambon et du fromage : mais comme un certain Viking n’aime pas ça, c’est vrai que ça fait bien bien longtemps que je n’en ai pas mangé 😮 ! Gros bisous, à très vite autour d’un bon repas (enfin, le repas est vraiment accessoire hein, ce qui compte, c’est le bonheur de se retrouver, bien sûr)

    J'aime

    1. Je sais, on cache très bien notre gourmandise et notre adoooooration de certains établissements (bien choisis) ^^^En tout cas, faire aimer le chicon à un Viking me semble être un bon défi, non. Et puis c’est un Viking ou bien ? Il aime le Nord pour de vrai ou bien ? A très vite les lykornes !!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s