Une immersion dans l’histoire vivante à Meaux

La semaine dernière, j’ai assisté à une journée de reconstitutions historiques au Musée de la Grande Guerre de Meaux. C’était la cinquième édition de cet événement qui rassemble de nombreux passionnés pour présenter l’histoire d’une autre manière et mieux faire comprendre la vie quotidienne des Poilus au grand public. J’étais très curieuse de découvrir ça !

 

IMG_4526_1
Y a même un copain de Ruby

Retour vers le futur

Quand je suis arrivée sur le site du musée, j’ai eu l’impression d’être entrée dans des coulisses de théâtre à ciel ouvert et d’avoir voyagé dans le temps. Si l’architecture moderne du musée ne se profilait pas au-dessus de nous, je me serais vraiment crue dans Retour vers le futur. Des tentes sommaires sont plantées sur la pelouse et des hommes en émergent, leur quart de café à la main, dans des uniformes de laine aux couleurs des armées de l’époque.

IMG_4546

Ici on parle russe, là on joue de la cornemuse et on porte le kilt. Les drapeaux les plus variés se dressent au-dessus des bivouacs de fortune. Les reconstituteurs dorment là tout le week-end, sur des lits de camps, dans des conditions proches de celles dans lesquelles ont vécu les hommes qu’ils incarnent (et bien moins confortables que celles qu’on a dans le van, par exemple). Je me balade dans cette atmosphère tranquille où chacun vaque à ses occupations matinales, entre les tables d’officier, les bouilloires qui se réchauffent sur les poêles et les brancards des tentes d’infirmerie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Musée de la Grande Guerre de Meaux, un incontournable

Maintenant qu’on commence à avoir vu pas mal de sites Première Guerre, les gens pensent qu’on les a tous vus. Mais c’est impossible, il y en a tellement ! C’est donc la première fois que je mets les pieds au Musée de la Grande Guerre de Meaux, qui est pourtant un incontournable en la matière. C’est un endroit qui a une histoire incroyable, puisque toute sa collection a été assemblée par un seul homme. Oui, ces 50 000 objets qui sont montrés au public par roulements ont été acquis par l’historien Jean-Pierre Verney pendant quarante ans. (Et moi qui me sens monomaniaque par moments !) Impressionnant, vraiment. Le Musée a ouvert en 2011 et il présente aussi bien des uniformes et des armes que des aéroplanes et des reconstitutions de tranchées. Une vision exhaustive du conflit et de ses enjeux sociétaux que nous présente un guide passionné lui aussi.

Pour ma part, j’ai particulièrement aimé le tout début du parcours, qui retrace les méthodes éducatives en vigueur dans les années 1900 et 1910 et qui permet de mieux comprendre la question qui me revient sans cesse : mais comment les gens ont-ils pu endurer tout ça ? C’est vraiment intéressant de mettre en perspective la manière dont les futurs soldats ont été élevés, dans un fort idéal patriotique et avec des méthodes de cohésion par le sport, par exemple.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’action !

Après la visite du musée, on fait la queue devant la roulante (l’ancêtre du food truck) pour le déjeuner. Bon, les Poilus mangeaient moins bien que ça, c’est certain, mais l’idée est sympathique.

Ensuite, le camp s’anime et les reconstitutions battent leur plein, dans le campement et sur le champ de bataille. Là on dirait plus un tournage de film, chaque groupe s’anime autour de différentes saynètes : l’infirmerie, le maréchal-ferrant, les pigeons voyageurs, la levée du drapeau, le combat… Les visiteurs sont venus nombreux, les enfants regardent et écoutent les reconstituteurs partager les anecdotes sur la vie des soldats. Franchement, l’ambiance est super conviviale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A un moment, j’entends un journaliste qui demande à un jeune reconstituteur : « Mais vous n’êtes un peu jeune pour faire ce genre de choses, vous n’aimez pas les trucs de jeunes comme les jeux vidéos ? Et puis vous n’avez pas peur que ça glorifie le militariat, tout ça ? » J’approuve chaque mot que répond le jeune homme, calmement. Il dit que l’histoire concerne tout le monde et qu’il n’y a pas d’âge, au contraire. Il dit que, loin de glorifier le militariat, les reconstituteurs montrent les conditions de vie (fort précaires) des hommes qui ont combattu. Il remarque qu’aujourd’hui des gens de plein de nationalités sont rassemblées, aussi bien dans le public que parmi les reconstituteurs. Et tout ça dans un seul but : qu’une telle histoire ne se reproduise plus jamais. Bim. High five mon gars.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme je n’avais jamais assisté à ce genre d’événements, j’avoue que j’avais peur de trouver ça kitsch. Mais en fait j’étais plutôt touchée par l’implication des reconstituteurs et par cette approche de l’histoire à échelle humaine. Et puis c’est touchant de voir des objets prendre vie sous nos yeux. Des objets qui d’habitude restent dans des vitrines ou dans des placards. Comme j’aime utiliser le Kodak Vest Pocket, je comprends complètement ces hommes (et ces quelques femmes) qui redonnent vie au quotidien de nos ancêtres touchés par cette terrible guerre. Une manière simple et humble de se rapprocher d’eux. En plus, les reconstituteurs ne se font pas prier pour raconter l’histoire de leurs objets ou de leurs personnages. Ils font une vraie œuvre de transmission, très complémentaire des musées, des mémoriaux ou des livres. Alors n’hésitez pas à aller les rencontrer si vous avez l’occasion !

IMG_4558

J’étais invitée pour cette journée par l’Office du tourisme du pays de Meaux et le Musée de la Grande Guerre. Je les remercie pour leur accueil chaleureux et vous invite à suivre leur programmation de près si vous souhaitez découvrir l’histoire autrement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s